Bien-être

Comment le vivre au quotidien ?

Bien-être, notion que nous utilisons à toutes les sauces !

De nombreux espaces, diverses professions, prônent de cultiver ou de procurer du bien-être, chacun en fait sa propre définition : assis à une terrasse avec une bière, se prélassant dans un spa, randonnant dans les Cévennes….

Et si je n’ai pas accès à une terrasse de café, ni à un spa…. Aïe ! Comment me sentir bien ?

Je propose d’identifier les éléments qui génèrent en nous cette sensation de bien-être. Puis de rechercher ce qui peut répondre à ces différents points dans notre quotidien actuel pour nourrir cette perception.

De quoi parle-t-on ?

Le bien-être est une sensation, ce qui revient à dire qu’il est difficile d’en faire une définition précise objective. Nous pouvons nous approcher d’un consensus en utilisant le concept de bien-être selon Carlo Moïso (psychiatre, psychothérapeute).

Il définit le bien-être comme une sensation qui se déploie dans la mesure où l’un des quatre critères ci-dessous est vécu intensément. Par ailleurs, le bonheur, selon lui, serait une concordance des quatre simultanément.

schéma : bien-être selon Carlo Moïso
schéma : bien-être
selon Carlo Moïso

Si quelques-uns d’entre nous ressentent du bien-être en étant assis à une terrasse avec une bière, ou se prélassant dans un spa, ou randonnant dans les Cévennes… je nous propose d‘observer à la lumière des 4 éléments ce qui fait naître cette sensation dans ces situations.

Regardons de plus près ce qui procure cette sensation de bien-être

Sur une terrasse, dans un spa, dans les Cévennes : le point commun avec ces endroits ? C’est la tranquillité qu’ils procurent. Seul ou accompagné de personne-s choisie-s, je suis serein-e, je ne me sens ni en danger, ni bousculé-e, ou dérangé-e. C’est ce premier point qui développe cette sensation de bien-être, la sérénité.

Assis après une journée de travail, me prélassant suite à une semaine accomplie, randonnant, parcourant des kilomètres, gravissant des dénivelés, ce sont des moments où nous réalisons nos réussites. Nous sommes satisfaits en considérant l’avancée ou l’aboutissement de nos projets, le sens de nos actions. Un autre élément qui favorise cette sensation, c’est la satisfaction.

Dégustant une bière, appréciant la chaleur de l’eau, les parfums des huiles essentielles, les caresses des bulles du jacuzzi, savourant la beauté du paysage, la tiédeur des rayons du soleil, le vent sur la peau et dans les cheveux, ces moments éveillent notre sensorialité, nos sens se délectent. Quel plaisir ! Éprouver au travers de nos sens des vécus agréables, c’est un troisième critère, le plaisir.

Sur une terrasse, dans un spa, dans les Cévennes, le sourire se dessine sur mon visage, la joie est là. Seul-e ou accompagné-e, je me sais en relation avec d’autres êtres, je partage. Je me sens joyeux-se d’être avec, d’être en lien, de faire partie d’un tout. La joie est la quatrième composante du bien-être.

Si le bien-être repose sur un de ces 4 éléments à vivre :

  • Sérénité : sans danger, ni dérangement, la tranquillité,
  • Satisfaction : réussite et progression,
  • Plaisir : sensorialité agréable,
  • Joie : relation et partage,

alors, recherchons maintenant comment déployer cette sensation (au mieux) dans notre quotidien.

Comment le vivre au quotidien ?

Si mon bien-être tient au fait que je ne suis pas en danger et que je ne peux pas être dérangé, il est judicieux de m’installer dans un endroit sécure, ou d’aménager un moment où personne ne peut venir inopinément me perturber : je ferme ma porte, je coupe mon téléphone, je vais dans la garrigue…

Être tranquille requière un espace et aussi un temps délimité. Nous pouvons nous aménager un espace propice et dédié : chambre, bureau, jardin, terrasse ; Nous pouvons nous organiser des temps quotidien (5 min, une heure…), ou hebdomadaire (demi-journée…), ou/et mensuel (week-end…).

Avec les enfants, les personnes dépendantes, pas facile, devant tant de sollicitations d’arriver à faire respecter des temps et des espaces où l’on n’est pas accessible. Pour autant, c’est indispensable pour éviter l’épuisement. Honorez-vous aussi !

Si la satisfaction nourrit mon bien être, je vais me focaliser sur mes réussites, en faisant état de tout ce que j’ai entrepris à ce jour qui a avancé. En effet, parcourant mon chemin, je me retourne et constate l’ensemble du parcours accompli. Quotidiennement, je peux faire état de mes satisfactions du jour. Chaque semaine, je prends note des progressions sur les différents sujets en cours. Mensuellement, j’honore les « dossiers » finalisés. Il n’y a pas de petite ou grande réussite, chacune est une satisfaction.

Les « pessimistes », les « défaitistes », les « insatisfaits » sont en difficulté avec la notion de réussite. Ils ne sont pas objectifs. Alors je leur propose d’écrire, de mettre noir sur blanc, ce qui est réalisé pour nourrir l’estime et la satisfaction.

Si le plaisir participe à cette sensation désirée, j’invite à multiplier les situations où les sens seront agréablement stimulés. Offrons à nos papilles des saveurs savoureuses, accordons à nos oreilles des mélodies mélodieuses, montrons à nos yeux l’harmonie des couleurs et des formes, respirons les senteurs aromatiques… Nous offrons à nos sens des occasions de se délecter et apportons une attention particulière à ces moments particuliers où nous dégustons avec nos yeux, humons avec nos oreilles, nous émerveillons avec nos papilles… Pas évident pour tous ceux qui ont des pensées multiples, qui n’arrivent pas à être simplement dans l’instant présent. Faites l’expérience de découvrir les mondes inexplorés de votre sensorialité et vous serez agréablement surpris de constater que c’est loin d’être lassant. Le double effet, le 2 en 1, de porter une attention particulière à la situation présente est de vivre un temps de ressourcement qui me permet de poursuivre ce que j’ai à faire et qui se fera plus aisément ultérieurement. Faites l’expérience d’explorer et de savourer vos sensorialités !

Si la joie soutient le bien-être, et que la joie s’exprime au travers de la relation et du partage, je nourris les liens amicaux, familiaux, sociaux, et surtout je me connecte avec le vivant qui m’entoure.

Par exemple, vous pouvez faire la liste des gens qui vous sont chers, les personnes avec qui vous vous sentez bien. Vous pouvez leur téléphoner, leur écrire… Au travers des réseaux sociaux, chacun entretient des relations mais aussi partage des idées, des valeurs, c’est un moyen de se sentir en lien avec d’autre, appartenir à un groupe, de ne pas être seul à penser, vivre ceci ou cela.

Au-delà des relations avec l’humanité, il y a les liens avec le vivant, la nature. Ce qui nous est délétère, c’est le sentiment de solitude. Si nous sommes attentifs, nous constatons que nous ne sommes pas seuls. L’humain n’est pas le seul être vivant. Nous pouvons être en interaction avec le vivant. Allons à la rencontre des plantes, des oiseaux, des papillons… Nous sentirons la joie d’appartenir au monde du vivant sur cette terre, l’émerveillement de faire partie de ce grand tout.

Bien-être : instant ou mode de vie ?

Nous recherchons du bien-être pour répondre à nos modes de vie (pression, suractivité…) ou par opposition à nos modes de fonctionnement (perfectionnisme, replis sur soi, sabotage…).

Le bien-être c’est comme un jardin. On peut s’y promener un moment, en appréciant le temps d’un instant la sensation de sécurité, de satisfaction, de plaisir ou de joie. C’est aussi un espace à entretenir, en cultivant la persévérance à se préserver des temps et des endroits tranquilles, à faire état régulièrement de ses réussites, à porter une attention aux sensations agréables, et enfin à nourrir cette sensation d’être parmi et avec d’autres êtres.

Chaque élément, aussi petit soit-il selon notre point de vue, est important pour nourrir notre jardin du bien-être.

Jardinez bien !

Je serai interviewée sur le sujet, parLéopoldine Dufour, le 19 avril de 9:10 à 9:30 sur Radio France Bleu Hérault.

Partager ce post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Souscrivez à la Newsletter